[LSD]

Lysergid.com [blog] Est. 2006



On y était... Et on a aimé!



Commençons par l'évènement mode de ce début d'année : La salon Who's Next / Première classe. Arrivé en fin de journée le samedi, (juste pour l'apéro, nous avions été bien renseignés...) plus grand monde dans le salon, donc autant d'espace pour déambuler tranquillement et apprécier à sa juste valeur la collection Printemps / été 2010 des marques présentes.
Je retiens l'effort de mise en scène de Adidas Originals qui présentait la fameuse collection co-brandée Star Wars, alors qu'au rayon petite marque qui monte je retiens SAUCE WAR, from Dunkerque, et leur univers "old fashioned american diner". Enfin coté footwear, j'ai découvert (complètement après tout le monde je l'avoue) Supreme Being et leur modèle fins et colorés.




Vient ensuite l'exposition du travail illustratif de Matthieu Bessudo a.k.a. McBess présenté à la galerie Issue. Clairement, on ne compte plus le nombre d'illustrateurs du dimanche qui imitent (plus ou moins maladroitement) son style. Une occasion de revenir sur son excellent clip nommé "WOOD" sorti en 2009 ci-dessus. Le gazier travaille chez The Mill en parallèle (rien que ça). Attention, le dernier jour de l'exposition c'est demain!



Enfin, on va parler théâtre avec la pièce Les 39 marches au théâtre de la Bruyère inspirée du film du même nom réalisé par Alfred Hitchcock en 1935. Sans trop en dire pour ne pas gâcher la surprise, Eric Metayer livre une performance de mise en scène tout simplement hors du commun, ou comment jouer du fait que l'on pas de gros moyens. On a énormément rit et été complètement captivés par des acteurs d'une justesse assez folle. A voir donc.



Don't forget Luvgalz !


Luvgalz

Ce soir, vernissage de l’exposition Luvgalz qui se déroule du 7 au 30 mai 2009 au Dune (18, avenue de Vellefaux, Paris).
Be there !



Le siècle du Jazz au musée du Quai Branly


Séance inspiration & respiration graphique lors d'une visite au Musée du Quai Branly à Paris ce week-end, pour y découvrir l'exposition Le Siècle du Jazz.

Le Siècle du Jazz

Le Jazz aura marqué le XXe siècle en devenant le genre musical majeur que l'on connaît.
Cette exposition retrace ainsi toute l'évolution du Jazz (Swing, Be-bop, West Coast, Free Jazz, etc...) de manière chronologique et didactique, à grands renforts d’affiches, de pochettes de disques, de toiles, de photographies, de livres, de journaux, de films, de morceaux à écouter...

D'incroyables talents se sont ainsi risqués au plaisirs du Jazz dont certains Maîtres incontournables (Dali, Matisse, Mondriant, Dubuffet, Haring, Basquiat, et bien d'autres).

De part et d'autres d'un axe central qui fait office de frise chronologique - extrêmement captivant au passage - on retrouve des salles en grappes qui décrivent la reconnaissance et la diffusion de cette musique révolutionnaire.

La vidéo trouve aussi une place dans le parcours avec des extraits de films, de concerts ou de séquences de danse.

Pour ce qui est de la musique, elle est partout et surgit de petits haut-parleurs encastrés qui jonchent l’itinéraire du visiteur.

Le Siècle du Jazz


Admirable...
Cette exposition est tout simplement splendide.
Un pur régal pour les oreilles et encore plus pour les yeux.

Une formidable source d'inspiration qui ravira n'importe quel créatif, car beaucoup de courants, de techniques et de styles sont présentés.
Comble du raffinement : les photographies sont autorisées - sans flash, bien évidemment. Et vous en ferez des photos, c'est une certitude !

Un grand bravo au commissaire Daniel Soutif pour ce travail unique.

Le Siècle du Jazz, ça se passe au Musée du Quai Branly – Galerie Jardin, du 17 mars au 28 juin 2009. Attention, l'exposition étant victime de son succès, l'attente peut devenir très longue.


Documents relatifs à l'exposition (non exhaustif) :

- Pdf Le siècle du Jazz sur le site du Musée du Quai Branly
- Arte nous propose une petite revue de l'exposition.
- Une revue chez Obiwi
- Beau papier dans Le Monde
- Un billet complet chez Culture.fr - La boîte à sorties en parle également
- République des Lettres nous offre une interview de Daniel Soutif
- Une autre interview chez LesDNJ

Et pour le reste, Google saura vous ravir !



VectorLounge au Dune / Battle 2


Le Dune à Paris propose de faire revivre les fameuses soirées Vector Lounge - certains se souviendront d'ailleurs de ces rencontres mythiques organisées par la Team Chman qui avaient lieu à la fin des années 90.

Pour la session du 8 avril, je vous propose de nous rejoindre pour un battle graphique.



Vous y retrouverez tous les amis de jeu : Dysplasii, Cheeky, Jocker, EK333, Shoes, Keffer, John Forceps, et moi-même... Venez nombreux et n'hésitez pas si vous avez des questions / envies !

Ca se passe au Café Restaurant Dune, 18 avenue Claude Vellefeux, 75010 Paris (Métro Goncourt)
Plus d'infos ici.



400 ml




Le projet "400ml" regroupe 400 bombes de peintures personnalisées par des artistes du monde entier. Un support intérressant qui inverse sa logique d'utilisation : la bombe passe d'outil à support.
La bombe aérosol est l'emblème du graffiti et souvent par association, du streetArt en général.
L'exposition et le livre issu du projet permetent d'avoir un aperçu de la scène streetArt mondiale, une belle manière d'ammener la rue dans son salon ou sa bibliothèque...

Nous devons ce projet à Gautier Jourdain, aidé par le M.U.R. et Kitchen93.

L'exposition aura lieu à la maison des metallos du 28 octobre au 5 Novembre. Venez Nombreux !

- Télécharger le Flyer
- Plus d'infos sur le site de Sortir à Paris



AREA 17 Exhibition




Pour tous les fans d'Arnaud Mercier - et les autres - AREA 17 expose une partie de ses travaux d'identité visuelle du 5 au 20 octobre 2008 au Café Dune (20 avenue Claude Vellefaux) dans le 10ème arrondissement de Paris.
Le 9 octobre, un pot sera d'ailleurs organisé au café pour la présentation du nouveau site internet de l'agence.

Pour plus d'informations concernant Arnaud Mercier, retrouvez une interview que j'ai faite en 2003.
(Via Eric)



Graphic Design Museum - Hollande




Initiative intéressante : la Hollande vient d'ouvrir un Musée du Design Graphique dans la ville de Breda.

En regardant les premières photo du musée et des expositions, on s'apperçoit que le musée expose des styles graphiques très contemporains, comme ceux issus de la mode, du web ou de la rue.
Nos belles oeuvres graphiques entrent donc dans l'histoire !

Question : notre contrée si élitiste et conservatrice pourrait-elle accueillir un tel musée ?

On dirait qu’il n'y a pas que dans le foot que les hollandais nous donnent des leçons...



Peter Gronquist - The revolution will be fabulous




Voici une exposition intéressante de l'artiste américain Peter Gronquist nommée The revolution will be fabulous.

Dans la veine de l'oeuvre de Tom Sachs et sa guillotine Chanel (1998), cette expo rhabille des objets de destruction à la sauce Haute Couture.
Comptez ainsi entre 500$ et 5000$ pour l'une de ces pièces uniques exposées à la Gallerie 1988 à Los Angeles.
Du bling-bling, inutile et de mauvais goût, donc complètement dans la tendance.
(Via)



Born to be a maniac




L'ami Lillois Skwak exposera ses nouvelles créations chez Addict Gallerie, dans le 3ème arrondissement de Paris. Rendez-vous samedi 26 janvier pour le vernissage à partir de 18h00.



Happy Graffiti Friends goes live




Voici Hello Ghetto Fou, une exposition du collectif HGF (Tizieu, Soap, 2day, Neslé, Hick, l'ami iLK et bien d'autres...).
Il s'agit d'une exposition dont "l'univers graphique oscille entre l'ultraviolence des ghettos et la douceur satinée des jardins d'enfants".

Vu les créatifs de qualité, il ne faut pas hésiter : rendez-vous chez Artoyz à Paris du 27 septembre au 27 octobre 2007.
Le vernissage aura lieu le jeudi 27. See you there !



Rock’n’roll 39-59 à la Fondation Cartier




Séance inspiration & respiration graphique lors d'une visite à la Fondation Cartier ce week-end, le fameux bâtiment de Jean Nouvel, pour y découvrir l'exposition ROCK’N’ROLL 39-59.

Cette exposition se déroule donc sur les 3 étages de la fondation. Passons rapidement sur le premier étage, qui vous propose d'acheter tous ce qui a un rapport au mouvement Rock'n'roll et à cette exposition.

Le rez-de-chaussée propose tout d’abord une série de photos intéressantes d'Elvis réalisées par Alfred Wertheimer, qui voyagea avec le King durant l'année 1956.

Puis on retrouve les grands symboles du Rock’n’roll, à savoir la Cadillac, un énorme mur de juke-box, (dont un - fonctionnel et que l'on peut manipuler – reproduisant un son que je trouve simplement fantastique) des revues des années 50, une reconstitution d'un studio d'enregistrement, une collection de radios et de micros. Bref, un court aperçu de l'esprit Rock’n’roll.
Sur ce même niveau est diffusé un documentaire de 50 minutes qui balaye largement le phénomène Rock’n’roll de cette période.
Notez qu'il ne faut pas faire comme notre ami : renseignez-vous sur les horaires de diffusion du film à votre arrivée et visionnez-le en dernier, car ce documentaire - vraiment captivant et entraînant au demeurant - fonctionne mieux en guise de conclusion de la visite.


Le sous-sol prend une autre dimension car il retrace vraiment le mouvement dans le détail.
D'abord, un mur sonore matérialisé par une carte des USA accueille le visiteur de l'exposition. Il permet de découvrir chronologiquement les artistes et leurs créations de manière interactive : on y connecte un casque parmi toutes les entrées jack disponibles, pour entendre les morceaux décrits.

La première partie de cet étage présente le contexte du mouvement, avec des clichés, des couvertures de magazine, de journaux, des vinyles, etc.
Il contient bon nombre d'armoires / tables transparentes à plusieurs étages, renfermant des objets rares, des enregistrements audio & vidéos de mouvement précurseurs au Rock’n’roll.

La seconde partie présente une frise murale chronologique très détaillée, complétée par des points audio, des points vidéo, des objets cultes - vêtements, documents papiers, etc...
D’abondantes bornes audio permettant de découvrir les artistes du mouvement complètent cette partie de la visite.

Tout ou presque a été dit sur cette exposition - et notamment dans les documents relatifs joints à la fin de ce billet. Arrêter la visite du Rock’n’roll en 59 est un choix étrange mais compréhensible, car la vingtaine d'années proposée a été vraiment très prolifique. En ce sens, l'exposition offre énormément de choses et il faut prendre son temps - près de 3h pour ma part - pour faire le "tour" de la question.

En tant que créatif, j'ai vraiment apprécié le foisonnement de couleurs du mouvement à cette époque. On en prend vraiment plein les mirettes.
Mais ce que l'on demande à une exposition de ce type, c'est bien de nous déchiffrer la musique - le son - de l'époque et son évolution.
D'y arriver n'est pas une mince affaire et à titre personnel, je trouve que les commissaires se sont donnés du mal pour arriver à leur fin. On se laisse bien vite prendre au rythme effréné du Rock.
Comme beaucoup, je pense que l’exposition est destinée à un public lambda, sachant apprécier cette musique et curieux de se prendre au jeu et d’en connaître d’avantage. Le spécialiste en quête de détails croustillant sera peut-être déçu de sa visite.
En tous cas, je ne regrette pas mes 7€50…


Si l'exposition vous intéresse, c'est à la Fondation Cartier pour l’art contemporain que ça se passe, 261 boulevard Raspail 75014 PARIS, jusqu'au 28 octobre.

Plus d'infos disponibles sur le site de la Fondation Cartier

Documents relatifs à l'exposition (non exhaustif) :

Interview de Katell Jaffrès, co-commissaire de l’exposition, chez Evene.
Le billet d'Etapes
Un billet chez Arts Programmes
Peter nous a concocté un billet très graphique sur le sujet.
Le billet très personnel de dj cyberdog
Un joli dossier sur le site de L'express
Arnaud propose son analyse de l'exposition.
Un documentaire de Télérama lié à l'événement.
L'article du Monde
Un billet sur le site d'RFI
N'hésitez pas si vous en avez d'autres...



CUSTOMANIA du 8 au 23 Septembre à Lille




CUSTOMANIA, le premier salon consacré entièrement à la Customisation et aux Arts Alternatifs, ouvrira ses portes les 8 et 9 Septembre 2007 à la Maison Folie Moulins (59000 Lille), et sera suivi d'une exposition jusqu'au 23 Septembre réunissant 40 artistes internationalement connus et reconnus.

Cet événement se veut être la vitrine de cette nouvelle tendance sur le Grand Nord de la France avec plus de 3000 visiteurs attendus.

Plus d'infos sur le myspace de l'événement.

Sachez que vous y êtes attendus !



Les Oniristes




Les amis de chez Poana exposent à la Condition Publique (Roubaix) du 4 Septembre au 11 Octobre 2007.
Obligation pour tous les gens qui sont dans le coin (où pas?) de jeter un oeil sur leur travail !



Helvetica au Palais de Tokyo




C'est Experimental Jetset qui signe l'affiche pour l'annonce de la projection du film Helvetica au Palais de Tokyo. En effet, F7 et le Palais de Tokyo vous proposent de découvrir le film de Gary Hustwit le vendredi 25 mai à 19h30.

La projection sera suivie d'une discussion avec le réalisateur et des graphistes français et étrangers parmi lesquels Nik Thoenen et Jean-Baptiste Levée. Pour rappel, Helvetica est le premier film documentaire qui a pour sujet un caractère typographique. Il explore au travers de nombreuses interviews de graphistes, la formidable prolifération de l'utilisation de l'Helvetica dans le monde entier, avec les interviews :
d'Erik Spiekermann, Matthew Carter, Massimo Vignelli, Wim Crouwel, Hermann Zapf, Neville Brody, Stefan Sagmeister, Michael Bierut, David Carson, Paula Scher, Jonathan Hoefler & Tobias Frere-Jones, Experimental Jetset, Michael C. Place, Norm, Alfred Hoffmann, Mike Parker, Bruno Steinert & Otmar Hoefer, Leslie Savan, Rick Poynor, Lars Müller...

Lien vers l'événement sur le site du Palais de Tokyo.
source le blog d'Etapes



Tour du monde de la pub - Musée de la publicité, Paris




Séance inspiration & respiration graphique lors d'une visite au Musée des arts décoratifs ce mardi, pour découvrir l'exposition d'affiches qui ont marqué l'art graphique publicitaire.

Les arts décoratifs possèdent en effet, dans les collections du musée de la publicité, un fond unique d'affiches étrangères allant des Etats-Unis au japon en passant par les pays d'europe (allemagne, suisse, italie, espagne, belgique, autriche, angleterre).
Les arts décoratifs offrent pour la première fois un panorama de ce fond, à travers 200 chefs d'œuvre depuis la fin du XIXème siècle et l'art nouveau jusqu'à nos jours.

Les plus grands noms sont représentés : Gustave Klimt, les frères Beggarstaffs, Peter Behrens, Henry van de Velde, l'école polonaise (Henryk Tomaszewski, Franciszek Starowieyski, Tadeusz Trepkowski, Waldemar Swierzy, Jan Lenica, Jan Mlodozeniec, Andrzej Pagowski,...) ou encore le push pin studio aux Etats-Unis.

Réjane Bargiel-Harry, commissaire de l'exposition, nous propose de découvrir cet art publicitaire à travers un agencement spécifique : une salle dédiée par pays.

Ainsi, la salle suisse transpire la précision dans le détail, avec un traitement dépouillé des compositions, et l’emploi de la typographie en toute simplicité et efficacité visuelle.
Forte inspiration art nouveau dans la salle belge avec les artistes Henri Privat-Livemont et Armand Rassenfosse.
Dans la salle espagnole, on discerne fortement les liens qu’entretiennent les affiches avec un aspect de leur histoire comme la guerre et la propagande. Une surprenante série sur la guerre civile est là pour le démontrer.
La salle polonaise revendique son identité singulière, troublante et décalée de l’Ecole Polonaise, véritable "phénomène" de l’art de l’affiche. L'Italie, l'Angleterre, et les autres ont également une ambiance propre à découvrir.

Durant ce voyage entre chaque salle, vous pourrez vous installer dans un confortable sofa, en regardant légèrement vers le haut : des films publicitaires, classés par année et appartenant au pays en question, sont rétro-projetés en continu sur une plaque suspendue.
De la plus kitch (Coca-Cola - US - 1980, par exemple) à la plus high-tech, on se laisse rapidement prendre au jeu. La majorité de ces films sont de véritable chef d'oeuvres de publicité : n'hésitez donc pas à venir tôt dans la journée pour voir tous les films proposés !

Retrouvez un descriptif intéressant sur la page dédiée du site du musée, et notamment une conclusion nous questionnant sur l’identité nationale de l'affiche.
Pour le communiqué de presse, c'est par ici que ça se passe.

Le Tour du monde de la pub, c'est au musée de la Publicité (antenne des arts décos) jusqu'au 14 octobre 2007, 107 rue de Rivoli, 75001 à Paris.



Fischli & Weiss au Musée d'Art moderne de Paris




Séance inspiration & respiration graphique lors d'une visite au Musée d'Art moderne de Paris ce week-end, pour la présentation de Fleurs & Questions, une rétrospective de Fischli & Weiss. Cette exposition est organisée en association avec Tate Modern et le Kunsthaus de Zürich.

Peter Fischeli (né en 1952 à Zurich) et David Weiss (né en 1946 à Zurich), sont deux artistes suisses qui ont débuté leur travail en commun en 1979.
Leur art, généralement ludique et expérimental, se situe dans la lignée de l’esprit Dada. Leurs oeuvres drôles et déroutantes à la fois, parfois trash, jouent fréquemment sur le décalage et le détournement du quotidien, pour en révéler la beauté et la poésie. Les deux compères accordent leurs temps et leur plus grande attention à ce qui est traditionnellement jugé dérisoire, et ce grâce à différents supports et médias tels l’installation, la sculpture, la photographie, le film et la vidéo.

L'oeuvre la plus connue de ces deux artistes est sûrement Le Cours des Choses ("Der Lauf der Dinge", 1987) que l'on peut voir en intégral - ainsi que son making-off - dans la salle 6.

(Extrait de Der Lauf der Dinge)

C'est d'ailleurs cette fameuse oeuvre, son principe du jeu de domino de 30 minutes qui a inspiré la publicité Domino d'Honda. Le spectacle est distrayant à tel point qu'on retombe vraiment en enfance. C'est du reste, une des rares fois que j'ai entendu des rires dans un musée.

Les 13 salles de l'exposition ne sont pas chronologiques mais reviennent chacunes sur des séries d'oeuvres, selon le souhait des artistes.
J'ai spécialement admiré "Soudain cette vue d’ensemble" (1981-2006) en salle 3, cette centaine de sculptures façonnées dans de l’argile non cuite qui évoquent avec dérision une histoire du monde. On retrouve avec joie "M et Mme Einstein se reposent après avoir conçu leur fils Albert, le futur génie", "Mick Jagger et Brian Jones rentrant chez eux satisfaits d’avoir composé I can’t get no satisfaction", et, petite référence, "Dr Hoffmann dans son premier trip LSD", etc...

On s'attache vite à ces petites sculptures loufoques et profondes, pour en faire attentivement le tour sans en perdre une miette de détails.

J'ai aussi adoré la série de photos "Equilibre - Un après-midi tranquille" (1984-1985) en salle 7 mettant en scène des équilibres loufoques d'objets du quotidien et tout particulièrement des ustensiles de cuisine.
Bref, je vous conseille de voir le détail sur la page dédiée du site de la ville de Paris (tiens, le musée n'a pas de site?)

Cette exposition est une belle surprise. Grâce à la vie des saucisses, les objets artificiels, les statues loufoques, les photos irréelles et autres, on en ressort léger et heureux, un peu intrigué certes, mais vraiment content. Foncez-y, vous ne serez pas déçus.
Retrouvez un billet très complet sur l’exposition et les deux artistes Suisse. D'autres billets intéressants sont disponibles ici et ici. Le Curriculum des artistes, qui seront présent à l'exposition le 20 mars à 19h, est disponible à cette adresse.

Vous avez jusqu'au 13 mai pour voir cette belle rétrospective, 11 avenue du Président Wilson à Paris.



Exposition Murone chez Aimecube à Paris




Petit tour au vernissage de l'exposition de la marque Murone ce soir.
Cette exposition itinérante a débuté à San Sebastian, est passé par Bayonne, Toulouse - au shop Carhartt - puis Lyon - au shop Dope - avant de finir à Paris chez Aimecube.

12 Artistes ont ainsi customisé une boîte et une casquette de la marque. Murone a également créé un Tee-shirt particulier pour l’occasion.
L’exposition, "The Zoo", est ainsi appelée car 12 animaux d’origami dévoilent chacun les customs créés par les artistes.

J'ai donc retrouvé avec grand plaisir ilK et Elr°Y en compagnie de leur œuvres, BG, Veuch... J'ai aussi croisé avec joie 5ive, Xavos, Sebousan, Adrien et d'autres noms vus sur la toile.
Les packs des artistes seront disponibles aux enchères fin mars, quand l'exposition sera terminée.
Mention spéciale pour les murs dessinées par ilK et El°y, qui se sont donnés à fond pour l'expo. Mention spéciale également pour la musique, assurée par Dj Kärve, Dj Koyote, R Ash et leurs amis.

J'aurais aimé voir (beaucoup) plus de travaux mais que voulez-vous, le passionné n'est jamais rassasié.
Bref, vous avez jusqu'au 24 mars pour (re)découvrir cette belle exposition.



La forêt enchantée




L'ami Ilk présente sa première exposition, La forêt enchantée, dans la belle ville de Marseille.
Ca se passera au Soulshop, du 8 mars au 7 avril 2007. Et croyez-moi, ça en vaut le détour !



Exposition Massin à l'ENSAD




Etienne Mineur relate de la splendide exposition de Massin à l'ENSAD.
Né en 1925, Massin - autodidacte et passionné - consacre la quasi-totalité de son travail à l'édition.
Il s’illustre notamment dans les clubs de livres et dans la maison Gallimard. Intégrant mots et images, ses expérimentations éditoriales accordent une mise en forme dynamique et servent la compréhension des textes. Directeur de Hachette – réalités, directeur de collection aux éditions Denoël, membre de l’académie Royale de Belgique , Massin reçoit le prix des graphistes en 1970.
(description : blog d'Etapes).
Si vous êtes sur Paris, ça se passe 31 rue d’Ulm dans le 5ème, à la Galerie de l'ENSAD et c'est gratuit.



Yves Klein au centre Pompidou - Paris




Séance inspiration & respiration graphique lors d'une visite au Centre Pompidou ce week-end, pour une (re)découverte de l'artiste d'Avant-garde Yves Klein.
Cette exposition présente bien sûr la période bleue de l'artiste (monochromes, anthropométries, éponges, cosmogonies) mais revient également sur ses travaux or, roses et ses peintures feu. On retrouve également ses objets bleus, son oeuvre matérielle, sa zone de sensibilité picturale immatérielle, ses croquis, et quelques oeuvres rares et hors contexte comme le monochrome noir, le monochrome en métal ou l’Ex-voto dédié à sainte Rita.

La claque de l'IKB - le célèbre "International Klein Blue" - se fait dès la seconde salle, grâce aux monochromes bleus (de la série IKB3, 2m x 1,50m)
La profondeur des pigments azurs de Klein est incroyable, indéfinissable, unique. On bloque et on se noie en quelques secondes, pour en ressortir subjugué au bout de longues minutes.
On rigole forcément lors du passage près de ses écrits (la bombe à fumée bleue, le carton d'invitation bleu, la lettre à Fidel Castro, les timbres bleus,...) de sa zone immatérielle, ses Cosmoginies ou ses objets détournés.
Les périodes or, et roses en particulier sont un peu moins étoffées mais sont de toute beauté. S'en suivent les anthropométries, présentes en grand nombre et dans leurs différentes formes / couleurs (oeuvres statiques, dynamiques, bleues ou multicolores, explication vidéos...).
J'ai particulièrement apprécié les peintures feu qui suivaient, magnifiques oeuvres jaunes / dorées commentées dans leur moindre détails. Le travail sur les éponges me séduit moins, même si l'artiste justifie ces créations de manière admirable.
Seul petit regret durant la visite, celui de voir certains monochromes (bleus / roses) enfermées dans des armoires en verre. Une protection qui fait perdre l’énergie des travaux barricadés.
Mais peu importe : l'exposition répartie sur trois thèmes (la couleur / l’immatériel / le corps) retranscrit avec fidélité l'artiste, grâce à une excellente sélection de travaux, des exposés sonores et des démonstrations vidéo. Ce génie déjanté est déconstruit sous différents aspects durant la visite, de façon à ce qu’il soit assimilé sans difficulté par le visiteur.
On plonge rapidement dans l'univers de ce passionné, cet aliéné du bleu, auquel il marie le vent, l'air et le feu, des éléments avec lesquels il adore créer.

Bref, il s'agit d'une exposition a dévorer sans aucune modération, sur un génie enthousiasmant et surprenant.

Pour plus d'informations, retrouvez Yves Klein dans ses archives ou sur Wikipedia.



Salon Art du Nu - Paris




Séance inspiration & respiration graphique en passant par le salon L'art du Nu à Paris (porte de Champerret).
L'occasion pour moi de voir /revoir des artistes croisés de temps à autre dans leurs ateliers. J'ai retrouvé avec plaisir Stéphane Rollot, un personnage sympathique et saisissant, et ses nus "façon BD" que j'adore.
Jyl y présentait également ses splendides peintures dynamiques et colorées. De très fortes couleurs également pour le peintre Jean-Pierre Toth. Superbes également les oeuvres de Ricardo Casal qui travaille magnifiquement la couleur de peau et les ombres / lumières. Nicolas Mocan présentait ses travaux torturés, souvent en noir & blanc. Guy Brauns était également présent, cet homme tout sourire au parcours intéressant (d'ex. Directeur artistique) qui travaille les blancs comme personne. A cela s'ajoute une splendide brochure de la fondation Elfgenius qui présentait ses artistes. J'ai également apprécié les travaux de Patrick Cornée, de Bernhart, d'Hector Toro, de Daniel Hanequand...
Bref, inutile d'énumérer tous les artistes, parce qu'il y en avait un grand nombre, et tous faisaient un travail de qualité. Le mieux est encore de visiter les liens fournis sur le site pour les peintres, les sculpteurs, et les photographes de l'exposition.



Salle Kubo de kutxa, Saint-Sébastien




Séance inspiration & respiration graphique lors de ma visite de Saint-Sébastien (Espagne), en passant par Kubo de kutxa, la salle d'exposition de la ville. On y retrouve l'exposition Hitza Zizel/Zizela Hitz : le burin et le mot, commissionnée par le conservateur d'art Sally Radic.
Il s'agit d'une conjugaison de deux disciplines artistiques, apparentement opposées : la littérature et la sculpture. L'exposition présente 48 livres de 17 artistes, réalisés dans différents matériaux (métal, pierre, bois, terre cuite,...) permettant à ceux-ci de chercher un langage spécifique alliant les deux disciplines. Les oeuvres exposées dans cette salle ne sont pas des livres fait pour la lecture, pas de littérature, mais des objets sculpturaux, des créations artistiques modelées pour être observées et considérées.
On y retrouvera avec bonheur des artistes de premier ordre comme Eduardo Chillida, Pierre Alechinsky, Hans Spinner, Koldobika Jauregi, Jan Voss, Manolo Valdés, ou Antoni Tàpies. Les oeuvres présentent un grand éventail d'interprétations. Gottfried Honegger, par exemple, montre un livre couvert de sang et enchaîné par un cadenas gravé d'une croix gammée, symbolisant les millions de documents brûlés par les nazis.
Malgré un nombre d'oeuvres qui peut paraître limité, on prend rapidement goût à la réflexion et à l'interprétation en oubliant complètement les minutes qui filent. L'espace ouvert, lumineux et calme y contribue pour beaucoup. Petit moment de bonheur que je recommande.
Retrouvez des détails sur le site de Kubo, la galerie photo sur le même site, et un court reportage vidéo sur l'exposition.



Kunstmuseum Stuttgart




Ce week-end, destination le Kunstmuseum de Stuttgart.
L'exposition "Leuchtende Bauten : Architektur der Nacht" (Bâtiments illuminés : architecture de la nuit) présente sous différentes formes l'illumination architecturale, qui a commencé à Paris en 1889 à l'exposition universelle où la Tour Eiffel a servi d’énorme phare électrique.
L'exposition explique l'histoire de l'illumination européenne et américaine en passant par des réductions illuminées (Lichthaus Luz - Stuttgart, La Salle Wacker - Chicago), des photographies (Hugo Schmölz, Man Ray), des tableaux (Reinhold Nägele, Otto Dix), des esquisses visionnaires (Bruno Taut, Hans Scharoun) et des sculptures architecturales illuminées (Walter Dexel).



Exposition La Force de l'Art au Grand Palais


Séance inspiration & respiration graphique en passant par le Grand Palais ce dimanche. L'exposition La Force de l'Art présente 15 points de vue sur l'art d'aujourd'hui.
De belles créations à voir, et plus particulièrement une section dédiée au design graphique - commissionnée par Catherine de Smet - présentant notamment une série d'affiches époustouflantes d'M/M.




Expositions Palais de Tokyo




Petite séance inspiration & respiration graphique en passant par le Palais de Tokyo ce dimanche. Nivea y présente notamment Ultra Peau dans plusieures expérimentations cutanées de haut vol.